Selamat Sore !

Après notre escapade au Borobudur, on est resté 4 nuits à Jogjakarta, on en a profité pour visiter la ville et les alentours, ou essayer… En fait je dit essayer parce qu’on est tellement habitué à avoir le temps que du coup, on se laisse trainer partout au petit bonheur la chance. Parfois on manque des choses à voir, comme par exemple vendredi, on avait prévu de visiter l’intérieur de la ville. Sauf que dans un pays islamique le vendredi aprèm les gens vont prier donc quelques-uns de nos plans sont un peu tombés à l’eau !

(Point culturel 😉 : Il faut savoir que l’Indonésie est le pays où il y a le plus de musulmans au monde)

La veille par contre c’était top ! On a visité le marché de Jogjakarta où un type nous a promené par tout et nous a montré tout un tas d’étal c’était vraiment sympa. Des centaines d’épices aux odeurs agréables suivis de près par des millions de poissons séchés aux odeurs moins folichons ! ! ! Puis tout un tas d’artisanat en bambou, des fleurs, des légumes, des fringues, bref un immense marché !

Bon bien sûr le type n’a pas perdu le nord, c’était un rabatteur pour nous amener dans une galerie d’art de Batik.

Les Batiks ce sont des tissus imprimés à l’ancienne, c’est-à-dire couleur par couleur en faisant des masques à l’aide de cire pour protéger les zones qui ne sont pas à colorer. Généralement, sous formes de tableaux, mais il existe de tout : fringues, nappes… A Jogjakarta, il se trouve qu’il n’y a qu’une seule galerie de Batik pas frauduleuse c’est la « Jogakarta Batik Group ». Les autres proposent généralement de vrais batiks aussi, mais à des prix moins sympa. Le moyen de reconnaitre un vrai d’un faux, c’est que les deux côtés doivent être identiques niveau couleurs ou alors de le laver ! Un vrai ne devrai pas bouger alors qu’un faux devrait tirer un poil la tronche.

Bon il se trouve qu’on a eu un coup de coeur pour un, mais qu’on ne savait pas tout ça ! Après concertation on s’est dit qu’on s’en tapait un peu si c’était un « faux » donc on a négocié bien comme il faut, pour finalement s’en tirer pour 650 000 Rps pour un tableau de 2m x 1m environ avec un prix de départ à 1 500 000 Rps.

Pour la petite histoire on a rencontré aujourd’hui un mec dans la rue qui bosse pour l’office du tourisme, c’est donc lui qui nous a tout expliqué par rapport à ce marché. Il s’avère que l’artiste qui a fait le nôtre est connu dans le coin et que pour le coup on a apparemment bien négocié donc on est ravi !

Après cette négociation qui nous a bien entamé le début d’aprem on est parti pour Prambanan, une série de temple Hindouiste à 17 km de Jogja dans un style complètement différent de Borobudur, mais tout aussi top. On y a passé la fin de la journée jusqu’à finir au Ramyana Ballet, un spectacle de danse avec vu sur le temple. On a été un peu étonné au début de voir que les danseurs n’étaient pas vraiment tous synchro ou des fois qu’ils avaient l’air d’improviser complètement. Le mot ballet nous a peut être induit en erreur et il faut plus voir ça comme du théâtre.

Pour finir notre escapade dans la région, on a passé notre dernier jour à visiter les temples Cetho et Sukuh aux alentours de Solo (grande ville à 60 km de jogya). On a choisi de ne pas le faire en circuit organisé, mais du coup on a passé une grande partie de notre temps dans les transports (Train, taxi, bus, mini-bus et moto) mais ça en valait la peine les temples étaient magnifiques et leurs situations sur les flancs du Gunung Lawu (Montagne) donne beaucoup d’ambiance à l’endroit.

Voilà voilà pour le programme de la suite c’est le Volcan Bromo puis on croisera pour Bali.

Que nos mamans respectives soient rassurées on a choisi de ne pas descendre dans le cratère du Kawah Ijen où il y a eu des émanations de gaz toxique il y a un peu moins de trois semaines. Et ce bien à contre coeur au vu de la splendeur des lieux !

Selamat tingal !

Nous sommes ici :